Sherlock Holmes : le personnage de fiction le plus représenté au cinéma

Sherlock Holmes : le personnage de fiction le plus représenté au cinéma

L’œuvre de Sir Arthur Conan Doyle, père littéraire de Sherlock Holmes a été une source d’inspiration foisonnante pour de nombreux cinéastes. En effet, Sherlock Holmes est le personnage de fiction le plus représenté au cinéma : on compte près de 260 adaptation des aventures du détective britannique !

Qu’est ce qui fait le succès d’une adaptation ?

Selon un article de Betway Insider, le lien entre le livre et le film est très important. Pour qu’une adaptation soit réussie, il ne suffit pas transposer le livre en scénario, de sortir les caméras et d’embaucher de bon acteurs. Il faut que le matériau de base, le livre, soit d’une certaine qualité et que l’interprétation faite par le cinéaste soit juste et fidèle. Dans le cas de Sherlock Holmes, les romans de Sir Arthur Conan Doyle étaient populaires et les adaptions ont contribué à faire vivre le personnage en dehors des romans jusqu’à le hisser au statut d’icône de la pop culture.

Qui est le meilleur Sherlock Holmes ?

La première adaptation des Aventures de Sherlock Holmes date de 1900. Dans les années 40, Basil Rathbone incarna le personnage 14 fois et fut ainsi le premier acteur à « être » Sherlock : il devint la référence picturale du personnage. Dans des temps plus proches de nous, il y a deux candidats au poste de référence picturale de Sherlock Holmes. D’un côté, il y a Robert Downey Junior, qui a interprété Sherlock sur grand écran dans les films de Guy Ritchie et de l’autre, Benedict Cumberbatch, Sherlock des temps modernes dans une série produite par le BBC.

Le personnage

Dans l’œuvre de Conan Doyle, la personnalité et la psychologie de Sherlock Holmes sont détail avec soin : c’est un homme excentrique, extrêmement désordonné chez lui mais rigoureux et inflexible à l’extérieur. D’apparence froide, il n’en est pas moins un gentleman ! On peut donc dire que Benedict Cumberbatch et Robert Downey Junior interprètent le personnage de manière très fidèle ! Dans les deux cas, Sherlock est indissociable de son acolyte Watson ! Cependant, dans les livres Sherlock maitrise certains technique de combat et l’art du déguisement : le Sherlock de Robert Downey est impulsif voir agressif et celui de Benedict Cumberbatch se décrit comme un psychopathe, mais aucun des deux n’est un bon combattant !

Les énigmes

Dans les films de Guy Ritchie, Sherlock déjoue les plans du Professeur Moriarty, un des méchants originaux et de Blackwood, un personnage créé pour les besoins des films. Ils suivent la même progression que les livres et le spectateur ne comprends le raisonnement de Sherlock que lorsque celui ci l’explique. Celui de Benedict Cumberbatch résout des mystères directement puisés dans les romans mais transposés dans le monde moderne, ce qui permet à la fois de conserver l’âme de l’histoire tout en permettant aux spectateurs de s’en sentir plus proches. Les déductions de Sherlock sont détaillées et fidèles à l’esprit du personnage mais la série finit par tomber dans le fantastique et donc par s’éloigner que ce qui faisait son charme les premières saisons.