Marion Maréchal et son compagnon : qui est a nièce de Marine Le Pen ?
Marion Maréchal et son compagnon

Marion Maréchal et son compagnon : que devient la nièce de Marine Le Pen ?

La plus jeune parlementaire de France a pris congé de la politique depuis 2017. Elle avançait des raisons de maternité, mais également d’ordre politique. Le problème semble être plus profond. Des tensions vives existent entre Marion Maréchal et sa tante Marine Le Pen au sein du parti RN. Ce qui l’a d’ailleurs poussé à le quitter pour un temps. En attendant, la petite-fille de Jean-Marie Le Pen pouponne sa fille et profite de son tout récent mariage. Voici toutes les infos relatives à Marion Maréchal et son compagnon.

Pourquoi son brillant parcours politique est mis sous veilleuse ?

Marion Maréchal évoque des « raisons personnelles et politiques » pour expliquer son choix. Mais les coulisses du parti RN révèlent plutôt une certaine guerre froide entre la présidente du parti, Marine Le Pen et sa nièce. Après son refus de participer à sa campagne présidentielle de 2017, les divergences semblent empirer.

La jeune politicienne accuse sa tante de « systématiquement marginaliser » les militants de « sa sensibilité » au sein du parti. Plusieurs de ses proches sont, en effet, écartés depuis son retrait politique par la patronne du Rassemblement National. Elle dénonce une « tendance un peu stalinienne » en déclarant :

« Ce n’est pas parce que je suis aussi de la famille Le Pen que je suis génétiquement lié au RN. Ce n’est pas parce que je ne suis plus aujourd’hui plus au RN que je suis en guerre contre le RN, mais certains au RN sont en guerre contre moi » conclue-t-elle.

Une chose est sûre, elle reste ferme sur sa décision. N’ayant pas renouvelé sa cotisation, Marion Maréchal n’est donc plus un membre officiel du parti. « Je ne peux pas être à la fois à la tête d’une école de science politique et d’un laboratoire d’idées, tout en étant au service d’un candidat » avoue-t-elle. En attendant, elle ne se prononce encore pour aucun candidat à la magistrature suprême.

Marion Maréchal candidate aux élections présidentielles de 2022 ?

C’est confirmé, Marion Maréchal ne participera pas à la course pour l’Elysée. Elle-même l’annonce en 2019 dans un tweet après sa participation à la convention de la droite. « Je me suis associée à une démarche qui me paraît nécessaire : réfléchir, dialoguer, casser les digues partisanes. Pour autant, je n’ai pas l’intention d’être candidate à la présidentielle de 2022 » affirmait-elle.

Depuis sa prise de retraite politique à l’âge de 29 ans, elle renonce à l’exercice d’un mandat. Souvent citée comme potentiel candidat auprès d’Eric Zemmour notamment, il semble que ce ne soit pas pour tout de suite. On la retrouve toutefois active sur les réseaux avec plus de mise en retrait qu’auparavant.

Un soutien de taille pour le polémiste Eric Zemmour ?

L’ancienne députée du FN devenu Rassemblement National entretient une relation étroite avec le journaliste Eric Zemmour. Ce dernier, désigné comme potentiel candidat, partage avec elle plusieurs points de vue politiques. Marion Maréchal s’affiche avec le polémiste à Budapest au sommet de la démographie chez Viktor Orban. Une proximité qui ne présage rien de bon pour sa tante Marine Le Pen.

La jeune femme affirme qu’elle ne sera pas au «  service d’un candidat », mais « au service des idées au sens large ». Elle plaide pour une union entre Eric Zemmour et Marine Le Pen. D’après Marion Maréchal, la candidature unique représente le seul barrage sûr contre la réélection d’Emmanuel Macron. La victoire du RN est impossible « sans coalition » et « sans ouverture » vers les LR.

Elle justifie ses allégations lors de son passage à CNews et Europe 1 le 14 novembre passé en clarifiant : « Quand je regarde aujourd’hui les forces en puissance, côté RN et côté Éric Zemmour, je constate que ce bloc arrive à 36-37%. Un bloc qui dépasse le score d’Emmanuel Macron ». Une observation qui semble être justifiée d’après les sondages.

De la politique à la création d’un établissement d’enseignement supérieure

Marion Maréchal et son compagnon

Depuis son retrait de la vie politique, Marion Maréchal annonce sa volonté de découvrir le monde de l’entreprise. Elle co-fonde ainsi, en 2018, son propre établissement d’enseignement supérieur en région lyonnaise. Il s’agit de l’Institut des sciences sociales, économiques et politiques (ISSEP), dont elle assure la direction générale.

Un scandal sexuel au sein de l’école de Marion Maréchal

En octobre dernier, le journal BFM TV annonce qu’une enquête est ouverte pour « harcèlement moral » contre l’ISSEP. D’après la chaîne d’information, elle vise deux dirigeants de l’institut privé. Il s’agirait d’un des cofondateurs et de la directrice administrative de l’établissement. Cette investigation naît à la suite d’une plainte déposée par une des étudiantes du centre auprès du parquet.

À la base, la jeune femme aurait porté plainte pour viol. Elle l’adresse contre un ancien membre de l’organisation Génération identitaire. L’organisation est dissoute par le ministère de l’Intérieur en mars. Le mis en cause participe, selon la plaignante, à des soirées organisées par l’école à la Traboule. L’homme nie les accusations de viol et évoque une relation sexuelle consentie.

Durant son témoignage, la victime ajoute avoir subi des brimades lors d’un stage d’intégration de l’école. D’après elle « les choses vécues pendant le stage » lui auraient « fait plus de mal » que le viol vécu. Elle s’en est plaint auprès de l’administration qui l’aurait finalement menacé de renvoi. Le bureau administratif dément et réagi face à ces attaques :

« Nous contestons formellement la version donnée par cette jeune femme de façon anonyme sur l’antenne de BFM Lyon​ » confie-t-il. « Si cette personne est celle que nous croyons être, nous pourrons attester et prouver que tout a été mis en œuvre pour la protéger et l’aider, contrairement aux allégations contenues dans le reportage » ajoute-t-il dans un communiqué interne.

Des diplômes délivrés non reconnus par l’État ?

Si l’Institut universitaire de Marion Maréchal est reconnu par l’État, il en est de moins pour les diplômes délivrés. Ces parchemins attribués ne sont pas homologués. La formation ne bénéficie donc d’aucune authentification qui puissent la faire valoir au plan national, voire international. Aucune université européenne n’a accordé sa sponsorisation à son enseignement.

Cela explique certainement le faible taux d’inscription aux cours dispensés. L’école rassemblait uniquement 15 étudiants en magistère à la rentrée 2019. S’il est peut-être un peu tôt pour se prononcer, Arrêt sur image qualifie ce projet d’échec. En trois ans, l’institut forme 230 étudiants, la plupart en formation continue.

Marion Maréchal et son compagnon : qui est l’homme qui partage sa vie ?

Le 11 septembre dernier, la brillante politicienne française se mariait pour le meilleur et pour le pire. Marion Maréchal et son compagnon le député européen italien Vincenzo Sofo se sont mariés à la paroisse de Saint-Cloud en Hauts-de-Seine. Une union discrète qui devait se tenir en Italie, pays d’origine du conjoint. La crise sanitaire a entraîné un changement de plan par la suite.

Anecdote autour de leur rencontre

Le journal Le Parisien évoque une première rencontre qui remonte à 2016. Marion Maréchal et son compagnon se croisent « à l’occasion d’une rencontre publique avec Matteo Salvini, patron de la Lega ». La jeune femme finit par le côtoyer et il finissent l’un dans les bras de l’autres.

Quant à Vincenzo Sofo, il s’agit d’un trentenaire de Milan qui poursuit ses études et sa carrière en France. Malgré son diplôme en économie de l’Université catholique du Sacré-cœur, il préfère évoluer en politique. Il intègre d’abord le parti de droite italien, la Dressera avant de se tourner vers le Lega. Dans ce dernier mouvement politique, il est élu conseiller municipal.

En 2919, le mari de Marion Maréchal gagne les élections législatives européennes. Élu député, il quitte la Ligue et rejoint les frères d’Italie. Cette décision survient après le choix de son mentor Matteo Salvini de soutenir le gouvernement Draghi. Désormais, il collabore au sein du parti national-conservateur de Giorgia Meloni. L’homme politique anime également un site d’opinion nommé II Talebano, soit Le Taliban.

Sa tante absente à son mariage

Marine Le Pen ne participe pas aux secondes noces de sa nièce. Cette absence se justifie par l’organisation de sa rentrée politique à Fréjus à la même date. À en croire les médias, certains qualifient cet acte de mauvaise foi. Selon l’un des invités aux deux évènements, la date de célébration était connue d’avance. « Le mariage était fixé avant. Ceux qui ont calé la date de Fréjus étaient au courant dans tous les cas ».

L’entourage de la fille de Jean-Marie Le Pen a tenu à se défendre contre ces attaques. Ils annoncent que « la date de Fréjus était prévue depuis longtemps, en septembre comme d’habitude, il n’y a pas une volonté déterminée de faire ça en même temps que le mariage ». Une situation qui rappelle la relation controversée qui existe entre les deux femmes politiques.

Quand Jean-Marie Le Pen lui vole la vedette

Si sa tante a brillé par son absence, c’est bien le contraire de son grand-père Jean-Marie Le Pen. Il n’a pas manqué la cérémonie de mariage entre Marion Maréchal et son compagnon à Saint-Clodoald. L’homme politique lui arrache d’ailleurs la vedette avec son entrée remarquée.

Il fait son apparition dans l’Église, bien après le passage de la mariée au bras de son père adoptif Samuel Marechal. Ce n’est donc pas sa petite-fille qui entre la dernière comme il en est d’usage. Avec sa femme Jany, le président d’honneur du Front National prendra ainsi place au premier rang. Une chose est certaine, sa présence a ravi la jeune mariée. Avec son compagnon, tous les trois prennent la pose à la fin, au perron de l’église, Marion Maréchal toute sourire.

Marion Maréchal et son compagnon: une première union avec le père de sa fille

L’ancienne députée ne dit pas oui devant l’hôtel pour la première fois. Le 24 juillet 2014, Marion Maréchal et Matthieu Decosse s’unissaient pour la vie. Malheureusement, elle se sépare du chef d’entreprise en événementiel deux ans plus tard. Le couple accueille, avant ce divorce, une adorable petite fille nommée Olympe. Il s’agit d’un nom donné en hommage à Olympe de Gouges.

Son premier mari représente « quelqu’un qui est issu d’un milieu plus humble que le sien et qui s’est battu pour réussir », d’après Marion Maréchal. Leur séparation a été un coup dur pour la jeune femme. Elle décide d’ailleurs de se retirer de la vie politique à la suite de cet épisode. La politicienne annonçait son retrait en affirmant vouloir mieux se consacrer à sa fille.