Koh-Lanta : les candidats au cœur d'un nouveau scandale de dîners secrets
koh-lanta Teheiura

Koh-Lanta : les candidats au cœur d’un nouveau scandale de dîners secrets

Comme vous le savez surement déjà, les candidats de l’émission culte de TF1 baptisée cette année « Koh-Lanta : La Légende » est depuis quelques jours au cœur d’une grosse affaire de tricherie. En effet, après les précédentes révélations concernant l’affaire Teheiura d’il y a trois semaines, « Le Parisien » a expliqué dans un article datant du 6 décembre que d’autres candidats ont également enfreint les règles. Mais de quoi sont-ils coupables cette fois-ci et qui sont-ils ? 

Des dîners secrets

Eh oui,  les candidats de cette édition 2021 de « Koh-Lanta » sont de nouveau au cœur d’une nouvelle affaire de tricherie. Et d’après ces nouvelles révélations de nos confrères du « Parisien » dans un article du 6 décembre, Teheiura (mais aussi Claude et Sam selon les rumeurs) ne serait donc pas le seul à avoir outrepassé les règles du jeu. En effet, plusieurs autres candidats auraient participé à des « dîners secrets » sur l’île de Raiatea. Le journal explique dans cet article que « quatre à cinq candidats » auraient profité des sorties du Conseil pour se rejoindre là-bas, le « Sunset Beach Motel ».

koh-lanta Teheiura

Il s’agit d’une pension familiale disposant de six bungalows au total ainsi qu’une belle et grande villa destinée aux touristes. Les candidats auraient alors attendu que les gardiens responsables de les surveiller après les votes s’endorment pour y aller. Ils ont aussi profité pour rendre visite à des habitants qui les ont nourris. D’ailleurs, le « Parisien » a indiqué qu’ils ont eu au menu « du salé, du sucré et des boissons énergisantes à gogo. Un rituel, tous les trois jours, pour la plupart des cinq candidats ».

À lire :  Karine Ferri et son compagnon : cinq choses à savoir

Qui sont les présumés tricheurs ? 

Pour le moment, aucun nom des présumés tricheurs n’a encore été indiqué par les journalistes du « Parisien » et ils resteront anonymes en attendant la suite de cette affaire.

« En effet, depuis quelques semaines et à ce jour, nous n’avons pas encore réussi à réunir assez d’éléments pour confirmer ou affirmer ces informations », a répondu ALP quand le journal l’a contactée.